MAROC AUJOURD'HUI

 

ANNONCER AVEC NOUS


CULTURE ET ART

PEINTURE : CLAUDINE LAVIT LAHLOU

Place the cursor on the picture to read the caption

Claudine Lavit LahlouClaudine Lavit Lahlou

Puis un jour, je suis partie vivre au Maroc. J'y ai découvert un monde de contrastes inattendus

Parcours du Peintre autodidacte Claudine Lavit Lahlou
Je suis née dans le Tarn mais j'ai vécu à Limoges jusqu'à l'âge adulte. Mon père, à l'époque décorateur sur porcelaine, m'a enseigné des notions de dessin. A chaque vacances, mon grand-père, peintre amateur me confiait toiles et pinceaux dès ma plus tendre enfance et se faisait un plaisir de m'amener avec lui visiter musée et expositions. Il m'expliquait le pourquoi d'un tableau réussi ou d'un autre moins bon.

Ma mère amoureuse des belles choses, m'amenait chez les antiquaires et brocanteurs à la recherche de pièces rares. Nous habitions à côté du Musée des Beaux-Arts de Limoges, et le sous-sol que j'arpentais régulièrement avec la fille du gardien, n'avait plus de secrets pour moi. J'ai donc grandi en m'imbibant peu à peu des notions nécessaires à la créativité. Cependant j'abandonnais les pinceaux en même temps que mon grand-père fatigué par l'âge, et je passe surtout mon temps à dessiner.

Je n'ai repris les pinceaux qu'en 1992, et après quelques années de remise en forme, si l'on peut dire, j'ai décidé de m'adonner à la peinture. J'ai eu la chance de grandir en Limousin, de m'y promener, et passionnée d'aviation, de survoler ses merveilles.

Puis un jour, je suis partie vivre au Maroc, loin des campagnes verdoyantes... loin des sentiers battus. J'y ai découvert un monde de contrastes inattendus. Un pays chaud où il faut craindre le froid, un pays d'eau et de terre desséchée. Peindre fut d'abord un formidable moyen d'évasion, par rapport à un quotidien mal vécu.

Pendant longtemps mes couleurs étaient "cassées". Mais mon instinct de survie m'a appris à regarder là où les couleurs claires et lumineuses jaillissent, et les personnages ont pris leur place peu à peu.

Souk des teintLa création artistique et moi
La nature est ma première inspiration et mon plus grand maître. Je suis subjuguée par son harmonie des couleurs et des formes, même dans ses violences ou ses platitudes. Si ma peinture est classée en tant que figurative, j'estime qu'elle ne l'est pas. En effet, mon but n'est pas de reproduire des paysages, des marines ou des portraits. Ces thèmes ne sont que des supports pour exprimer mes émotions, sentiments et réflexions sur mon vécu ou sur l'existence en général. Chacune de mes toiles est une partie de moi, et je ne cherche pas à me définir par rapport aux autres.

La création artistique est un voyage infini au plus profond de soi. Créer c'est mettre à nu sa sensibilité en ressentir des autres, c'est vibrer en recherche perpétuelle d'une expression authentique de sa vérité. 

  L'été sur le parcQuand je parviens à pénétrer la matière, à faire corps avec la peinture, pour y transmettre mes émotions, chaque création artistique est naissance, voyage vers l'infini, vers ce tout qui est en chacun de nous, voyage pour atteindre l'instant où l'infini petit est infiniment grand.
Nous n'existons qu'en tant que mouvance perpétuelle, échanges, partages incessants. Toute création met en évidence la force de ces vibrations, de ces interconnexions émotives. 
Je crée en renouvellement incessant du plus profond de moi-même, je crée en recherche d'espérance tout simplement.

Palmiers de sableDe la peinture à la poésie
Comme je l'expliquais à Huguette Bertrand lors d'une entrevue à ce sujet : "... mes poèmes sont nés de ma peinture, expression essentielle de ma poésie. Je n'aime pas les mots, au même degré que je rejette toute école en peinture. Chaque mot est muni de frontières, limites de l'esprit. Avec une bonne connaissance de vocabulaire, il est possible de s'en accommoder, mais je préfère me taire, et m'exprimer sur la toile. Peut-être suis-je malhonnête ? Peut-être est-ce ma dyslexie non rééduquée qui m'a éloignée du monde littéraire ? Cependant un jour, une émotion trop dure a inhibé mes pinceaux, et je n'ai trouvé que des mots pour renaître dans un espace viable. Ainsi est né mon premier poème, en tant qu'outil le plus pratique, le plus rapide "

Jeux de sableet j'ajoutais : "Peindre demande un lieu de travail, une condition physique certaine et beaucoup de temps - Par ce fait, je me suis intéressée à la poésie dite moderne, cette adjonction de mots sans ciment, sans cohérence apparente qui donne l'illusion de casser les barrières. Depuis, j'y prends plaisir, et arrive parfois à me bâtir un refuge, sans trop de disjonction entre l'élan de ma pensée et mon moi intrinsèque, entre ce que les autres découvrirons, et ce que je souhaite découvrir. Pour en savoir plus : http ://uneileaumaroc.free.fr/lahlou.htm. 

La rencontreExpositions et éditions
J'ai peu d'expositions à mon actif, car je peins depuis peu de temps, et exposer n'est pas mon but. Je recherche avant tout le progrès, le surpassement de moi, jour après jour. 
Cependant l'art n'existe que par le regard des autres. J'ai donc décidé cette année après deux ans d'absence, d'exposer à Casablanca, avec l'aide d'un galeriste qui a décidé de me faire confiance. Ce sera sûrement après les grandes vacances d'été.
Pour en savoir plus : http://uneileaumaroc.free.fr/expo.htm.

L'escalierEn ce qui concerne la poésie, mes premiers poèmes ont été édités dans un recueil collectif de poésies par la maison d'éditions à Paris L'OURS BLANC. Un deuxième recueil collectif est en cours d'impression. Deplus, un CDrom est en préparation par la maison d'édition canadienne EN MARGE, sera une compilation entre mes poèmes et ma peinture. Ce CDrom sortira en principe dans quelques semaines.

Sitemap